0

Un futur très compromis en Afghanistan

Depuis quelques semaines les journalistes nous informent d’une situation critique en Afghanistan.

Les talibans ont pris de force le pouvoir au sein de cette nation qui a, depuis de très longues années, connu une instabilité sur le plan politique.

Bien entendu, cette nouvelle situation a été la source de départs très précipités de différentes communautés en place en Afghanistan.

Cependant, nous ne pouvons qu’être touchés par le désespoir de nombreux citoyens de ce pays qui tentent à tout prix de migrer vers d’autres cieux.

Aussi, pour arriver à leurs fins, ils n’hésitent pas à se précipiter vers l’aéroport de la capitale, et s’accrochent aux ailes des avions en partance.

Cette image glaçante nous donne l’idée concernant leur avenir proche, et qui risque d’être synonyme de décès prématuré.

Un futur peu réjouissant

De nombreuses voix se sont élevées pour critiquer l’attitude des Afghans qui veulent fuir leur pays, cela alors qu’ils pourraient rester dans leur pays pour créer une mouvent de résistance.

Pour quelques éditorialistes il serait indispensable de s’acharner contre le pouvoir afin de le destituer comme certains français l’ont fait durant la 2ème guerre mondiale.

En fait il est impossible de superposer ces deux situations vécues à des époques différentes.

En effet dans le cas de la 2ème guerre mondiale l’agresseur de la France était allemand et il n’avait comme but que de se servir de la main d’œuvre et des ressources du pays occupé.

Dans le cas de l’Afghanistan, la situation est bien plus problématique car il s’agit d’une guerre civile, et dans ce cas les divisions au sein de la population n’aident pas la création d’une force de résistance.

Pour avoir une idée plus affinée sur les actions des talibans, il est utile de regarder cet excellent film: Les cerfs volant de Kaboul.

Au delà de l’histoire des 2 protagonistes, nous voyons tous les travers d’un fanatisme religieux qui utilise à ses fins la terreur qu’il ne cesse de distiller et d’appliquer sans vergogne et de manière très arbitraire.

Derrière cette funeste entreprise de nombreuses communautés et citoyens vont souffrir ou se faire tuer, tout cela pour majorer l’autorité de ces dangereux intégristes.

A l’heure où le féminisme est la règle dans les différents pays « civilisés », l’Afghanistan va quelque peu régresser dans ce modèle égalitaire pour faire des femmes des esclaves sexuelles.

Une situation prévisible et coupable

Tout aussi inconvenant est de voir que sur l’échiquier international quelques nations couvrent ou apportent une aide aux talibans.

Une nouvelle fois nous voyons que certains chefs d’État agissent uniquement dans le but d’avoir une influence, mais aussi plus de pouvoir au niveau international. Ils se moquent éperdument de la qualité de vie des citoyens de ces « zones occupées », ils veulent uniquement augmenter leur espace vital et leur notoriété.

Bien entendu, les différents chefs d’État des démocraties condamnent cette prise de pouvoir autoritaire, mais au delà des mots et du haussement de ton aucune action concrète ne se dessine.

De plus durant la courte période où la démocratie « s’imposait » en Afghanistan, nous avons pu voir les travers de ce système pas nécessairement adapté à cette nation:

– Les programmes de militarisation des policiers qui n’étaient pas du tout adaptés à la situation

– Les détournements de fond (corruption tentaculaire) de certains membres de l’exécutif qui profitaient de la manne internationale pour assurer leur propre enrichissement

Ne serait-il pas important dans ce contexte d’aider au sein des différentes nations les associations et bonnes volontés qui veulent faire la promotion de la liberté des peuples et des idées?

De plus nous avons pour rôle d’intervenir rapidement pour freiner le rayonnement de ces fanatiques qui sont capables à des fins idéologiques sur un moyen voire court terme d’envoyer sur notre sol des fous qui vont tuer nos propres citoyens.

Dr Pierre Frances

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Pierre Frances ne répondra pas aux commentaires anonymes.